Un lieu d'histoire | Château Le Bouïs - Gruissan Méditerranée
16054
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16054,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-product-single-tabs-on-bottom,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Un lieu d’histoire

300 ans d’histoire vigneronne

ligne-separation

À l’époque gallo-romaine, la Clape était encore une île. C’est suite à la conquête romaine en 118 avant J.C. qu’elle devint célèbre et que les romains commencèrent à y cultiver de la vigne. Peu à peu, les alluvions de l’Aude, en comblant une partie des étangs, la rattachent au continent.

  Aujourd’hui, si les hommes ont changé, la Clape a tout conservé de l’éclatante typicité de ses terroirs et de l’étonnante qualité de ses vins.  

Le massif de la Clape, c’est un climat sec et dur. Soleil et vent y forment un couple généreux qui baigne et balaye les rochers mis à vif. Si la Clape est l’un des lieux les plus ensoleillés de France (jusqu’à 3000 heures de soleil par an), elle le doit aux 13 vents qui se croisent en son ciel.

De temps à autre, un orage méridional parvient à déjouer l’adresse des compagnons éoliens de la Clape. Le déchaînement est alors à la hauteur de la rareté de l’événement. La Clape devient île tropicale, les ravines tissent leur réseau, pins et roseaux ploient sous les éléments.

La vigne se fortifie à ce triple contact : l’eau l’abreuve et la nettoie en même temps, le vent la sèche et l’aère, le soleil la nourri et gorge ses raisins de sucre.
La rudesse de ce climat est gage de grande qualité viticole.

Alternance : tapis de pierres plates aux angles acérés, terres rouges au fer oxydé, marnes grises ou jaunes, grès rouges ou verts… La Clape est un florilège de sols sur lesquels chaque cépage trouve son bonheur.

Le caillou endurcit la vigne et lui permet d’exprimer son plein potentiel.