Comment bien lire une étiquette de vin

Comment bien lire une étiquette de vin : les clés pour la décrypter

Depuis la nuit des temps, les hommes ont ressenti le besoin d’identifier les contenants de vin. On a retrouvé des traces de gravures et de peintures sur des amphores et des barriques datant de l’Antiquité. Cette pratique s’est perpétuée jusqu’à l’invention de la lithographie en Allemagne à la fin du 18ème siècle.
Les signes distinctifs ont cédé la place à des étiquettes aussi réglementées qu’esthétiques. Ces petits écriteaux – l’origine étymologique du mot étiquette – font apparaître les mentions obligatoires conformes à la réglementation européenne. Ils mettent aussi en avant les atouts du vin.

Pourquoi savoir bien lire l’étiquette de la bouteille de vin ? Pour comprendre ses signes et ses codes et vous assurer qu’il correspond à ce que vous recherchez. Et pour se faire, suivez le guide !

Mentions obligatoires : les incontournables

Parmi toutes les mentions figurant sur les étiquettes, il y a les incontournables mentions obligatoires. Répondant aux législations européennes, elles comprennent :

• La dénomination de vente : il s’agit de la catégorie et de l’appellation du vin. Parmi ces appellations, vous retrouvez les AOC/AOP (appellation d’origine contrôlée et appellation d’origine protégée) ou encore les IGP (Indication Géographique Protégée).

• La provenance : vin de pays, vin de l’Union Européenne ou encore Produit de France. Elle vient en complément de la dénomination de vente.

• La mention mis en bouteille par : elle indique la personne physique ou morale qui a procédé à l’embouteillage

• Le numéro de lot : sa fonction est d’identifier l’ensemble des produits élaborés dans des conditions identiques

• La présence d’allergènes : les sulfites, les œufs ou encore le lait parfois utilisés dans le processus vinification sont des allergènes potentiels. Leur présence doit être indiquée sur les étiquettes.

• Un message sanitaire destiné aux femmes enceintes : sous la forme d’un logo ou d’un texte pour avertir des dangers de l’alcool pendant la grossesse

• Le volume de liquide : les volumes commercialisés comprennent les 100 ml, 187 ml, 250 ml, 500 ml, 750 ml, 1000 ml, 1500 ml

• Le Titre Alcoométrique Volume Acquis : exprimé en % et en unités ou demi unités

Mentions facultatives réglementées et non réglementées : au choix de l’embouteilleur

  • Cépage : renseigne sur la variété de vignes utilisées et influe sur le goût du vin
  • Méthodes de production : si la mention est facultative en Europe, elle est particulièrement mise en avant lors des exportations en Amérique. A tel point qu’elle en éclipse même le nom du domaine
  • Couleur de vins : rouge, blanc ou rosé
  • Modes de production : par exemple vendanges manuelles
  • Vieillissement : mode de vieillissement du vin (en bouteille, en fûts de chêne…)
  • Teneur en sucre : pour savoir s’il s’agit d’un vin sec, demi-sec, moelleux ou doux
  • Accords mets et vins conseillés

Tendances graphiques et esthétiques : un moyen d’affirmer son identité et de capter l’attention de l’amateur de vin

Sur le plan graphique, si la tendance actuelle s’oriente vers l’esthétisme, il existe 8 types d’étiquettes. Chacune d’entre elles est conçue pour affirmer une identité, raconter une histoire et transmettre une ou plusieurs émotions. Parmi ses 8 grandes familles, on retrouve :

• La médiévale : ce design de type parchemin et parfois accompagné d’un cachet de cire symbolique exprime une certaine authenticité et met en avant la rusticité d’un vin

• La minimaliste : discrète, ce type d’étiquette applique la fameuse maxime « less is more ». Ce qui signifie que la simplicité, ici, apparaît comme préférable à la complexité. Le vin brille donc par sa sobriété

• La terroir : ici, le naturel et les valeurs du passé sont mis en exergue. Le design de l’étiquette se compose souvent de traits de crayon, d’aquarelle ou de plume

• La tradition : traduit une certaine authenticité et un savoir-faire ancestral. De petits dessins de vignes ornent souvent les étiquettes

• L’aristocrate : ses dorures, blasons et arabesques confèrent une atmosphère royale aux étiquettes des bouteilles. Cela traduit une sensation de rareté, de luxe et d’excellence

• La classique : aussi étudiée que conventionnelle, son design est soigné. Humilité et recherche de perfection s’y mêlent équitablement

• La traditionnelle moderne : ici, moderne et ancien s’associent et mêlent style classique à des couleurs et une typographie moderne. Une sensation d’équilibre s’en dégage

• L’originale : le but est d’interpeller en s’extrayant du cadre traditionnel. Caricatures, jeux de mots et autres couleurs impactantes habillent ces bouteilles. Ici, la fête et la convivialité est de mise

Cas pratique : décryptage de l’étiquette de La Cuvée Arthur du Château Le Bouïs

Après la théorie, passons à la pratique ! Nous allons vous aider à décoder les principaux éléments présents sur l’étiquette de la Cuvée Arthur du Château le Bouïs.

L’atmosphère générale se dégageant de cette étiquette s’apparente à la tendance aristocrate évoquée plus haut. L’idée est donc de véhiculer une image de luxe et d’excellence.

Le blason du Château le Bouïs – présent à l’avant et à l’arrière de l’étiquette – contient à lui seul 300 ans d’histoire.

Ses formes et symboles évoquent tour à tour la féminité, la Méditerranée, la royauté et la chevalerie. Cela pour rendre hommage aux vigneronnes qui ont fait l’histoire du domaine. Il rappelle aussi la légende du Bouïs, celle selon laquelle une chevaleresse italienne fut sauvée des eaux par Arthur, un pêcheur gruissanais.

Le nom Arthur et les symboles présents sur l’étiquette de la cuvée mettent à l’honneur cette légende.

Ensuite, une autre information est précieuse : l’inscription AOP (Appellation d’Origine Protégée) La Clape. Cela certifie que cette cuvée est originaire de la Clape (Gruissan plus précisément). A noter que le Massif de La Clape présente la particularité d’associer hautes falaises, vallons, pinèdes, vignes et garrigues. Son climat chaud et sec, ainsi que l’association de l’eau qui abreuve, du vent qui aère et du soleil qui nourrit la vigne en font un lieu parfait pour produire un vin de qualité.

Enfin, la contre étiquette nous en dit plus, notamment, sur le millésime, 2016, – reconnue comme une excellente année – ainsi que sur l’assemblage des cépages. L’association du Syrah, Grenache et Mourvèdre confère à ce vin rouge des notes fumées, de poivre noir et de cassis. Un vin idéal pour accompagner – entre autres – les grillades, l’agneau et le canard !

A présent que les étiquettes de vin n’ont plus de secret pour vous, à vous de sélectionner la cuvée du Château Le Bouïs qui correspond le plus à vos envies.

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.